La patrimonialisation de la Grande guerre, par Philippe Montillet

Alors que la préparation des prochaines Journées européennes du patrimoine bat son plein, nous vous proposons de replonger dans l’édition 2015 consacrée au thème du « Patrimoine du XXIe siècle, une histoire d’avenir ». À cette occasion, Philippe Montillet donnait le 18 septembre 2015 une conférence sur la patrimonialisation de la Grande guerre dont nous reproduisons, avec son aimable autorisation, le contenu.

Les formes complexes de patrimonialisation :

la patrimonialisation de la Grande guerre

par Philippe Montillet

 

Entendons-nous bien je vais parler du processus de patrimonialisation, c’est-à-dire de l’élargissement du champ du patrimoine au-delà des Monuments historiques, du processus et de sa naissance avec la grande guerre, et non pas du patrimoine issu du conflit. Il y aurait là un vaste sujet sur lequel il y a beaucoup à dire et pour lequel les « découvertes » continuent, comme on le note actuellement, avec le centenaire de la guerre.

Je resterai sur l’émergence de la notion de patrimonialisation et de son intérêt pour ce qu’elle peut apporter à la réflexion sur le patrimoine du XXIème siècle. Comprendre le passé est une bonne approche pour envisager l’avenir du patrimoine.

Parmi les étapes qu’elle a connues et les formes diverses qu’elle a revêtues, la guerre de 14-18, a joué un rôle indéniable dans le processus de patrimonialisation. Marquant un tournant, créant un cataclysme autant moral que matériel elle a bousculé pas mal de choses. La question des monuments historiques que la loi du 31 décembre 1913 venait pourtant de cadrer, en est une.

Le conflit a contribué :

  • au premier élargissement de la notion de Patrimoine à des objets qui jusqu’alors n’étaient pas concernés, voire ignorés. ..
  • elle a aussi ouvert sur une réflexion sur la patrimonialisation de l’espace et non plus seulement des édifices ou des objets. Un nouveau regard est porté sur le territoire.

Ainsi, il s’agit bien de voir comment s’est formée cette patrimonialisation c’est-à-dire ce mouvement qui consiste à élargir le champ de ce qui doit être protégé et transmis.

Ce sont ces deux points que je vais aborder dans cette communication.

De là, il sera possible, en conclusion, d’esquisser des pistes pour réfléchir à travers cette expérience passée à ce qui pourrait servir pour tenter de comprendre ce que sera le patrimoine du XXIème siècle.

I – La patrimonialisation née du conflit – 14-18 et l’inflation patrimoniale

Il est sans doute paradoxal de parler de création patrimoniale à l’occasion d’un conflit qui a vu la destruction de villes entières, qui a été la cause de la destruction ou de la mutilation de nombreux éléments protégés.

Pourtant, tel est bien le cas et c’est ce qui nous intéresse puisque, autre conséquence de la guerre, va émerger un nouveau type de patrimoine. Nous verrons successivement la naissance de ce nouveau concept puis ses rapports avec ce qui formait, jusqu’alors, le cœur de la notion de patrimoine, les monuments historiques.

1. Naissance d’un nouveau concept : les souvenirs de guerre

Le conflit fait apparaître la notion de souvenirs et vestiges de guerre. Dès le départ il y a la nécessité de qualifier et donc de différencier les nouveaux objets que l’on entend préserver. Leur donner un nom nouveau, différent de «  monuments historiques » montre qu’une question de nature se pose d’emblée. Il s’agit des objets liés à La Guerre. Et il y a là, sans doute, une des premières particularités du processus de la patrimonialisation : sa portée n’est pas générale comme celle des monuments historiques mais thématique, sectorielle. La guerre inaugure la notion de patrimoine particulier, spécifique c’est-à-dire qu’elle fait perdre une part de l’objectivité qui était sous-jacente dans le concept de Monument historique tel que défini par la loi de 1913. Par la suite d’autres thèmes apparaîtront : patrimoine vernaculaire, industriel, hospitalier etc… autant de « patrimoines » qui ne déboucheront pas nécessairement vers une protection au sens strict mais par exemple sur des labels.

Cette particularité sous-entend qu’il faut donner de nouveaux fondements à ce patrimoine. Ce n’est plus l’histoire et l’histoire de l’art qui le légitiment. Le souci de préserver d’une manière spécifique certains éléments, impose de justifier le pourquoi, et ensuite qu’une méthode, le comment, soit trouvée. Sur ces deux points la guerre de 14-18 a posé les prémisses de ce que l’on retrouvera par la suite même si, bien évidemment –et heureusement– des évolutions se feront sentir peu à peu.

a) Le pourquoi ?

Pas de nouveau patrimoine sans fonction tel est bien le premier enseignement. La Grande guerre éclaire ce point puisque dès l’origine des objectifs bien précis ont été assignés à ce souci de préserver et de valoriser.

Deux objectifs bien différents dans leur nature :

  • Le premier qui s’explique par le traumatisme national qu’a représenté la guerre, est celui de la mémoire et du souvenir. « Nous n’oublierons pas ! » La patrimonialisation des lieux de combats et des différents vestiges, s’explique par le témoignage dont ils peuvent rendre compte et d’une mémoire à transmettre notamment aux jeunes. Ces lieux deviendraient une sorte de « lieu de pèlerinage pour les écoliers de France » à qui on irait montrer le terrain des combats[1] mais ce souvenir s’adresse aussi aux rescapés et aux familles. Il y a tout un « tourisme » de guerre qui s’organise dès l’immédiat après-guerre. Sans entrer dans des détails on note dans les documents que ce choix impose des contingences du type accès, état des lieux qui sous-entendent que si tout peut être identifié, en revanche tout ne peut avoir la même vocation patrimoniale…
  • Dans un tout autre registre, l’autre principal objectif donné à cette reconnaissance est l’histoire militaire : bizarrement il semble d’ailleurs que ce soient les autorités militaires qui les premières, se sentent concernées par la nature des lieux de bataille. Elles posent très pragmatiquement la question sous le jour de l’histoire du conflit, de l’histoire militaire, et des enseignements que l’on peut en tirer du point de vue de la stratégie par exemple. Une pédagogie par le patrimoine.

Capture d’écran 2016-09-05 à 16.41.18Ainsi on peut citer une note du 5 février 1919[2], donc moins de trois mois après la fin du conflit, adressée par le Président du conseil, ministre de la Guerre, aux généraux commandant plusieurs régions militaires : « j’ai l’honneur de vous faire connaître qu’une importance sérieuse, au point de vue de l’histoire de la guerre s’attache à la conservation de certaines organisations ou vestiges se trouvant sur les lignes fortifiées ou sur les champs de bataille ». Histoire de la guerre et conservation, même combat !

C’est la première fois que la conservation est étendue à l’histoire de la guerre car jusqu’alors aucun champ de bataille[3] par exemple n’avait été protégé au titre des monuments historiques. Quant aux châteaux-forts ils n’étaient pas protégés comme vestiges de telle ou telle guerre mais pour ce qu’ils représentaient en eux-mêmes. Dans le cas présent, il s’agit bien, non pas de l’histoire en générale, de l’histoire de la France mais de l’« Histoire du conflit qui vient de s’achever ».

Cette spécialisation sera, plus tard, ce qui animera aussi la valorisation, par exemple, des grands sites industriels délaissés. Préserver l’histoire du développement industriel sur le même modèle que l’histoire du conflit…

b) Après le pourquoi , le comment ?

Le travail de recherche requiert une méthode. Il faut définir la manière dont la sélection peut s’effectuer. Sur ce point encore le mouvement lancé par le conflit aura de nombreuses suites notamment en matière d’Inventaire général. Mais les souvenirs de la guerre de 14 soulèvent aussi une autre question, celle du périmètre concerné. Cela peut paraître incident mais a des conséquences plus importantes qu’elles ne peuvent apparaître à première vue.

  • La Méthode :

Cette recherche des éléments d’un genre nouveau est confiée, dès 1915, à une instance spécifique ce qui montre que très tôt la conscience d’une nouvelle approche se mettait en place. A l’origine informelle, cette Commission est peu à peu organisée dans le cadre de la sous-direction des Beaux-Arts du ministère de l’Instruction publique déjà en charge des Monuments historiques. Cette commission est dénommée « Commission des souvenirs et vestiges de guerre ».

Mais le travail est effectué en deux temps. Avant que la Commission ait à se prononcer un premier inventaire est mené à l’échelle des départements. Ces commissions départementales dans lesquelles civils et militaires siègent, dressent un premier état d’éléments intéressants ; puis ces listes permettent le choix final. Une note précise la manière dont les éléments peuvent être analysés : « vos propositions devront être présentées sous forme de rapports sommaires, accompagné dans la mesure du possible de photographies et même, s’il y a lieu, de croquis, de plan des vestiges[4] ». On retrouve là la méthode classique qui est depuis les années 1910 employée pour tous les inventaires comme, par exemple, pour le casier archéologique de la ville de Paris : analyse, photo, plan. Elle sera reprise ensuite par l’Inventaire général initié par Malraux et Chastel au début des années 1960/70 et encore, plus récemment, pour les inventaires communaux qui sont parfois associés aux travaux de planification urbaine (POS puis PLU).

  • Le périmètre : à l’origine il s’agit des départements libérés c’est-à-dire essentiellement ceux qui ont été occupés et où se sont déroulés les combats. Cette territorialisation me parait importante car elle fixe aussi les limites de la patrimonialisation thématique. Il faut éviter de l’enserrer dans des règles trop strictes, notamment éviter de trop la territorialiser, empêchant d’avoir une vision globale, à l’échelle nationale. Pour 14-18, limitée à 13 départements elle exclura des recherches et des enquêtes, par exemple, les départements de la Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne. Ainsi de nombreux témoignages mettront des dizaines d’années à être pris en compte comme les vestiges du Camp retranché de Paris, cet ensemble de 160 kilomètres de circonférence entourant la capitale avec ses tranchées, ses batteries d’artillerie, ses abris etc… Or, quitte à parler d’un patrimoine spécifique, il convient d’essayer de la traiter en totalité.

Les objectifs assignés (souvenirs et histoire militaire du conflit) et la sélection par département avec les commissions, ont eu pour conséquence que le nombre d’objets relevés soit très important et de nature très diverse dont une classification datant de 1922 donne une idée, définissant 3 catégories :

  • les vestiges isolés (maison fortifiées, blockhaus, emplacements de pièces d’artillerie, etc.).
  • les ensembles de villages en ruine (Montfaucon, Vauquois, Fleury, les 9 villages « morts pour la France ».)
  • les grands champs de bataille (Mort Homme, Notre-Dame de Lorette…)

Tout cela est bien hétéroclite ! Et extrêmement important en nombre.

Cela pose donc la question entre ce nouveau patrimoine reconnu et identifié et ses rapports avec la protection au titre des monuments historiques.

2) Souvenirs de guerre et Monuments historiques

De cet inventaire si varié, que faire ? Classer l’ensemble, ce qui paraissait la solution envisagée initialement, n’a pas été possible. L’idée de faire une autre loi, complémentaire de celle de 1913 et consacrée uniquement aux vestiges et souvenirs de guerre, a animé le débat durant plusieurs années dès 1915. Sans aboutissement. Cela montre, néanmoins les limites d’une trop grande patrimonialisation des objets. Exponentielle numériquement, elle l’est beaucoup moins dans ses résultats. Si déjà l’inventaire des vestiges et souvenirs de guerre est, en soi, une sélection, il y en a d’autres qui s’imposent. De même la reconnaissance en tant que vestiges n’ouvre pas ipso facto à la reconnaissance comme monuments historiques. Cela ne fût le cas que minoritairement. Pourtant ce patrimoine existe bel et bien. Ainsi, dans les faits, la croissance du nombre d’éléments reconnus aboutit à un patrimoine à deux vitesses. Sur ce point aussi les conséquences de la guerre de 14-18 ouvrent sur des évolutions qui s’observent jusqu’à aujourd’hui.

a) L’inflation patrimoniale et ses limites

L’expérience montre que reconnaître trop d’éléments intéressants suscite une sorte de trop plein qui pourrait aller jusqu’à faire perdre les fondamentaux de la protection. On a parlé, il y a quelques années, d’abus patrimonial, risque qui fait perdre à la notion de patrimoine de son sens et dont les conséquences diverses, notamment en matière de financement, peuvent même lui nuire. Or cela ressort dès les années 20. Un siècle après certaines des questions d’alors demeurent.

Le dépouillement des archives met en avant des questions qui resteront sous-jacentes à la trop forte patrimonialisation : celle du statut des vestiges, et celle de leur entretien donc de leur coût.

  • Le statut des vestiges par rapport au droit de propriété

Le classement des bâtiments privés soulève la question des droits des propriétaires. Avant le vote de la loi de 1913 les discussions avaient été nombreuses au sujet des biens privés et du rapport entre droit de propriété et servitudes liées à la protection. Diverses solutions existaient depuis l’expropriation pour cause d’utilité publique, jusqu’à des aménagements fiscaux. Mais tout cela était limité. Jusqu’à la guerre, la proportion des monuments public était majoritaire avec notamment la surreprésentation des églises.

Dans le cas des vestiges de guerre la situation est bien différente car il s’agit là, les forts mis à part, essentiellement d’éléments placés sur du patrimoine privé, par exemples réseaux de tranchées ou batteries d’artillerie dans des champs de culture. Ni les communes, ni l’État ne peuvent en assurer le coût qui serait exorbitant. Dans les premières années la question de l’indemnisation des propriétaires revient dans de nombreux documents d’archives. Mais, en fait, elle ne se posera que de manière théorique, car les vestiges de guerre, sauf exception, resteront des propriétés privées et en suivront les destinées. Il y aura peu d’expropriations, sauf rares exceptions et quelques achats. Ainsi se met en place ce qui sera ensuite une constante du patrimoine reconnu mais non protégé ; il suit le statut des biens privés, demeure donc très fragile et est régi au coup par coup ce qui amène, de fait, une limitation à l’inflation patrimoniale. Reconnaissance n’est pas protection. Seul le statut défini par la loi de 1913 assure celle-ci. Patrimoine à deux vitesses !

  • La conservation et l’entretien : qui fait quoi ? Entre initiative privée et déshérence

S‘il n’y a pas de transfert de propriété, il n’y a pas non plus de prise en charge de ce patrimoine des vestiges, par l’autorité publique sauf à ce qu’elle l’acquiert.

L’administration et les collectivités sont devant une charge qui les dépasse mais que l’on ne peut faire reposer non plus aux personnes privées qui auraient à subir un second préjudice après celui du conflit que les « Dommages de guerre » essayent de compenser. Les vestiges de guerre ne créent pas d’obligation à leur détenteur privé autres, au mieux, qu’un devoir moral…

Après-guerre c’est souvent l’initiative privée qui assurera une certaine pérennité mais elle sera souvent viagère. À mesure que les années passeront tout ne sera plus entretenu et certains éléments de ce qui avait été initialement inventorié, ont disparu, victimes d’une certaine déshérence qui restera un des grands risques du patrimoine non protégé.

Une note montre qu’à l’origine un certain optimisme existait. L’administration espérait que certains vestiges pourraient quasiment s’entretenir sans frais : « une commission interministérielle des vestiges de guerre s’occupe d’inventorier tous les souvenirs qui présentent un réel intérêt et qui, par leur construction en béton ou cuirasse peuvent être conservés sans trop de frais d’entretien, tels que postes de commandement, observatoire etc. ». A l’usage cela sera beaucoup plus complexe ! Notamment parce que ces éléments se trouvent majoritairement sur des terrains privés.

Ainsi une part importante de ces vestiges va disparaître faute d’entretien. Certains totalement et parfois assez vite, d’autres résisteront au temps au point de réapparaitre après une époque d’oubli. Ainsi la période du centenaire que nous vivons fait parfois ré-émerger des vestiges de vestiges… mais là encore quelle sera leur destinée car ils demeurent toujours dépendants de leur propriétaire et il n’y aura que rarement des fonds pour les entretenir ? L’ONF a retrouvé certaines tranchées ou emplacements de batteries d’artillerie mais n’ose souvent à peine les faire figurer sur des documents graphiques de peur de les fragiliser…Le patrimoine de la mémoire clandestin a-t-il un intérêt ?

Ces « problèmes »  de statut des vestiges et d’entretien expliquent sans doute le profond fossé existant entre le repérage effectué par les commissions départementales et les protections accordées, mais ils expliquent aussi que la valorisation s’effectuera finalement par d’autres canaux.

b) Peu de MH mais un patrimoine « local »

Un bilan qui peut paraître faible par rapport à l’impact (au traumatisme) du conflit et par rapport à l’étendue du travail de recherches systématiques, mais qui ouvre finalement à une pratique toujours bien actuelle concernant le patrimoine non protégé « en parler beaucoup, pour agir a minima ».

  • Bilan et chiffrage

Force est de constater que les souvenirs de la guerre finalement classés Monuments historiques sont très peu nombreux. Sans rapport avec les relevés ! Une étude établie par le ministère en 2012, les fixe à 122 mais cela, toutes époques confondues c’est-à-dire jusqu’à aujourd’hui. Le chiffre est beaucoup plus faible si on le rapporte aux années d’après-guerre puisqu’il est alors de 30 ! Ces deux chiffres sont à rapprocher de celui des 40 000 monuments historiques ou encore aux 1000 édifices du patrimoine du XXème siècle. Le 1er conflit mondial demeure finalement peu représenté et de manière bien moindres que ce que l’impact des évènements et que l’ampleur des inventaires pouvaient laisser augurer.

Finalement n’est-ce pas toujours une question d’actualité ? J’ai employé à dessein le terme d’inventaire, valable pour l’objet et pour l’institution. On sait combien celui-ci débouche rarement sur une protection pérenne. Bon nombre de bâtiments relevés par l’Inventaire général ont été détruits, notamment dans les régions à forte densité (Ile-de-France). Pour éviter cela, pour un certain nombre d’éléments liés au souvenir de la guerre, des processus de valorisation de substitution ont été mis en place. Substitution puisque la protection ne fait qu’accompagner un autre objectif.

  • Patrimonialisation et tourisme patrimonial

Que faire de tout ce qui a été relevé et listé ? Si c’est la première fois dans les années d’après-guerre, que la question se pose, elle restera celle de toute la patrimonialisation du XXème siècle.

A défaut de devenir monuments historiques les bâtiments inventoriés se verront doter d’autres fonctions utiles.

Dès la fin de la guerre deux mouvements sont détectables trouvant leurs assises dans d’autres finalités que le patrimoine proprement dit.

Le premier qui sera local ou national consistera à faire des lieux de la guerre, des lieux de mémoire renforçant l’identité locale. Ils seront, selon les cas, pris en charge par les autorités locales, des associations voire par des particuliers et des conventions lieront tous les acteurs. Mais les limites de cette valorisation apparaissent. Il n’y aura ni contrôle, ni directive et elle se fera au coup par coup amenant une grande diversité de situations : maintien en l’état de certains lieux, stèle ou mémorial à d’autres, information, aménagement divers, respect plus ou moins bien assuré. Cette question née de l’inflation patrimoniale issue du 1er conflit mondial n’est, en fait, toujours pas résolue.

Le second est la création du tourisme thématique en l’occurrence de guerre que mettra en œuvre en particulier Michelin en parallèle du travail opéré pour les paysages. Il y aura des guides des lieux de bataille qui seront édités tout au long des années 20/30[5].

Emmanuelle Danchin qui a étudié cette question[6] montre comment « de 1917 à 1921, la visite de ces champs de bataille se structure, des itinéraires sont définis et des étapes sont sélectionnées. Les touristes peuvent ainsi visiter les villes martyres et leurs ruines témoins des destructions réalisées par l’ennemi ». Mais elle ajoute que «  très vite, l’exploitation commerciale et économique des lieux suscite des tensions entre ces différents visiteurs, mais aussi entre les différents acteurs de la reconstruction ».

Pourtant il s’agit bien avec la Guerre de 14, d’une sorte d’acte 1 de toute valorisation des territoires par le patrimoine que la fin du XXème siècle développera avec tous les risques de dérives que cela peut entraîner notamment sur l’authenticité et le respect. Mais c’est le risque d’étendre la notion de patrimoine…

Pour terminer cet exposé sur la patrimonialisation il convient de voir dans une seconde partie ce qui touche, cette fois non plus à la patrimonialisation des objets, mais à celle des espaces.

II- La patrimonialisation de l’espace

Sujet important sur lequel le conflit a eu également un rôle aux nombreuses conséquences.

Cela concerne deux points : la prise en compte du patrimoine urbain ; certaines évolutions juridiques que la patrimonialisation entraîne.

1) Un « autre » patrimoine que la guerre fait émerger

Émerger, peut-être pas, car il transparait aussi dans d’autres textes ou travaux contemporains mais la guerre accélère sa reconnaissance. Il s’agit du patrimoine urbain « ordinaire ».

Je dis qu’il existait car la conscience de ce type de patrimoine est née notamment des travaux haussmanniens. Il leur était reproché de ne pas tenir compte de l’existant. Il est donc le fruit du développement et des opérations de table rase. Or les mêmes causes produisant des effets plus ou moins similaires, la guerre a entraîné aussi de nombreuses destructions à grande échelle d’où un regard plus ou moins attentif à ce qui demeure.

L’analyse de l’existant dans les départements libérés et dans les villes et villages retrouvés après qu’ils eurent été soumis à des mois de combats et souvent de nivellements divers, amène les commissions d’enquête à découvrir de nouveaux types de patrimoine. Cette fois, il ne s’agit plus de maintenir le souvenir du sacrifice ou d’évoquer l’histoire militaire du conflit mais de préserver des particularités locales.

Ce problème émerge des opérations de reconstruction si nécessaires afin que les habitants puissent revenir mais, avant, de reconstruire il faut souvent déblayer et assainir le terrain ainsi l’attention porte aussi sur ce qui a survécu.

Si dans certains cas les ravages sont tels qu’il n’y a plus rien ce n’est pas partout la même chose. Il peut demeurer des parties d’immeubles, des immeubles entiers. Il convient d’y être attentif. Ce ne sont pas des monuments historiques mais leur intérêt existe aussi.

Une note signée de Loucheur [7], du 26 mars 1921 décrit bien la situation : « Cependant, dans beaucoup de localités dévastées, il existe des édifices (…) présentant néanmoins un intérêt particulier en raison de leur caractère local, historique ou pittoresque. Il importe d’assurer leur conservation et de s’entourer à cet effet de tous avis compétents. C’est pourquoi d’accord avec mon collègue, Monsieur le ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts, je vous prie de provoquer de la part de l’architecte des monuments historiques, une proposition au sujet des édifices de cette catégorie, dans chaque localité, au moment où son déblaiement est envisagé. »

C’est ce patrimoine particulier qu’il s’agit de préserver. Une catégorie nouvelle cette fois non plus vestiges de guerre mais patrimoine local ou pittoresque celui qui est aussi mis en avant à la même époque, dans les Plans d’Aménagement, d’Extension et d’Embellissement de la loi Cornudet (1919). La Guerre de 14 a facilité sa reconnaissance qui ira s’accentuant tout au long du siècle (Villes d’Art et d’Histoire, Petites cités de caractères…).

Mais déjà il apparait une sorte de constante : le souci de ce type de patrimoine vient notamment des changements trop rapides qui font perdre les repères. Les habitants ont besoin d’éléments pour se retrouver, accrocher leur regard, se positionner par rapport à leur espace. Le patrimoine peut les identifier à un lieu. Cela se voit à travers la nature mémorielle des vestiges, mais cela va au-delà et concerne un patrimoine plus vaste dont la valorisation s’accentuera à mesure que l’on avancera dans le siècle. Rôle social du patrimoine.

Au-delà du paysage urbain, c’est tout l’espace qui est concerné.

2) Patrimonialisation des espaces (patrimonialisation) spatiale

En effet au-delà des objets et de leur prise en compte, d’autres interrogations se posent concernant les outils juridiques notamment au sujet des espaces sur lesquels se trouvent les vestiges. Ces derniers ne concernent pas seulement des éléments bâtis mais des espaces plus ou moins ouverts comme les champs de bataille mais aussi des villages, cela pose la question du recours à la loi de 1906. Est-elle le bon outil ? Mais avant de voir cette question arrêtons-nous aussi à un autre point qui découle de la guerre de 14 et de ses suites. Celui des abords des Monuments historiques que l’érection des monuments aux morts met en pleine clarté.

a) Les abords

Conséquence très directe de la guerre, l’érection des monuments aux morts communaux a obligé à approfondir la question des abords.

Approfondir, car la question n’est pas nouvelle.

  • Elle était d’ailleurs implicite dans la loi de 13 dont l’article 1 précise bien que le classement d’un immeuble incluait aussi ce qui « est nécessaire pour (l’) isoler, (le) dégager ou (l’) assainir » . Portant cette « nécessité » n’était pas vraiment explicitée concrètement.
  • Elle avait déjà entraîné un effort doctrinal. Deux approches existaient :
    • soit les abords devaient être dégagés de manière à faire ressortir le monument ;
    • soit les abords devaient être préservés pour créer un écrin au monument.

Dans les deux cas c’est le monument qui est la référence.

Mais les monuments aux morts s’inscrivent dans une démarche différente dans laquelle l’espace prend une plus grande place. Ils n’ont pas de rapport direct avec le monument classé. Il s’agit d’une nouvelle construction dont les créateurs souhaitent qu’elle soit le mieux placée possible, d’où le choix souvent de la place centrale où, dans bien des cas, se trouve aussi situé un monument protégé, l’église le plus habituellement ! Il s’agit donc autant d’une question d’espace public à aménager et à partager que du respect d’un monument historique… Il n’y avait pas de la part de leur concepteur de volonté de nuire à un monument mais bien d’honorer les morts à l’endroit le plus propice. Ce qui est d’un autre ordre !

Le conflit va donc permettre de clarifier une question en priorisant l’avis de la commission des Beaux-Arts sur les préoccupations d’aménagement. Cela mérite d’être signalé car cette patrimonialisation de l’espace sera la règle que la loi de 1943 – puisque le processus législatif a été assez long à aboutir – et l’avis conforme, viendront définitivement affirmer.

Des règles sont donc à définir dès les années 20 et elles ne s’imposent pas facilement. La question est d’autant plus importante que ce ne sont pas seulement les communes des territoires libérés qui sont concernées mais cette fois toute la France.

Car comme cela transparait dans plusieurs notes il y a conflit. Face à l’enjeu (Les Enfants de la Patrie), les autorités locales ont tendance à élever ce monument de leur propre fait sur l’espace public dont elles se considèrent comme les seuls maîtres.

Les autorités seront obligées de rappeler les règles :

Citons une circulaire[8] du Ministre de l’Intérieur adressée aux Préfets:

 « Monsieur le Ministre de l’Instruction Publique et des Beaux-Arts a appelé mon attention sur les conditions dans lesquelles certaines municipalités ont pu placer un monument commémoratif à proximité immédiate d’un édifice classé.

Des projets de cette nature n’ont pas été transmis à l’administration des Beaux-Arts, à laquelle incombe le soin, d’accord avec la commission des monuments historiques, d’assurer la protection de notre patrimoine artistique.

L’inobservation de cette procédure a eu pour conséquence l’érection de monuments qui, de l’avis de la commission des monuments historiques sont « d’une conception tout à fait regrettable et dénature fâcheusement le caractère des monuments classés auprès desquels ils sont érigés ».

Afin que de pareils faits ne puissent se reproduire à l’avenir, je vous prie de vouloir bien demander aux Commissions départementales instituées par la circulaire de mon prédécesseur en date du 10 mai 1920, de s’assurer, lors de l’examen des projets, que les monuments commémoratifs ne sont pas situés à proximité d’un édifice classé, risquant de nuire à son aspect artistique et, dans le cas contraire de vous en aviser sans retard.

Vous devez alors consulter Monsieur le ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts sur l’opportunité du projet et leur donner communication pour qu’il puisse recueillir l’avis de la commission des monuments historiques.

Signé: pour le ministre de l’intérieur

Le directeur de cabinet »

Le sujet pourtant n’est pas clos comme en témoigne, un an plus tard, une autre circulaire [9] du 4 septembre 1922, émanant cette fois du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts et adressée encore une fois aux Préfets qui entre temps ont acquis la compétence sur l’érection de ces monuments.

« Monsieur le ministre de l’intérieur vient de me communiquer le texte de circulaire qu’il vous a adressée le 21 juillet dernier pour vous informer qu’un décret en date du 15 juillet, rendue sur sa proposition, vous attribue désormais compétences pour statuer sur les érections des monuments morts pour la patrie au cours de la guerre 1914-1918.

 Je crois devoir vous signaler à nouveau, en cette circonstance, les inconvénients que peut présenter pour le caractère d’un édifice classé l’érection à proximité de cet édifice d’un monument moderne dont l’architecture ne serait pas suffisamment en harmonie avec celle du monument historique.

J’ai, en conséquence, l’honneur de vous prier de vouloir bien, chaque fois que vous aurez à statuer sur l’érection d’un monument aux morts de la guerre dans le voisinage d’un édifice classé, me soumettre pour examen par la commission des monuments historiques le projet de ce monument avant d’en autoriser l’exécution ».

Il y a donc bien avec cette question des abords une accélération du processus de patrimonialisation des espaces qui ira grandissant tout au long du siècle jusqu’à la loi de 1943 qui viendra clore un processus initié dès l’après-guerre par l’érection des monuments aux morts.

Patrimonialisation de l’espace qui amène aussi à se poser la question de la pertinence de la loi de 1906 sur les sites pour le patrimoine si particulier des vestiges de guerre.

b) Patrimoine, protection des espaces et occupation du sol

Les édiles sont confrontés à des situations aussi nouvelles que complexes. Le premier concerne la sanctuarisation de certains espaces qu’ils voudraient pouvoir assurer tant leur intérêt mémoriel est grand. « (…) mais[10] , écrit le Préfet de la Meuse, en ce qui concerne, par exemple, les maisons détruites de Saint-Mihiel-des-Paroches, de Clermont-en-Argonne, de Vauquois[11], quel moyen légal ai-je à ma disposition pour en empêcher la reconstruction ? Comment puis-je également m’opposer à la remise en culture du territoire constitué par la cote 304, par le Mort Homme ?

La loi du 21 avril 1906, sur la protection des sites me parait seul pouvoir être appliquée, mais outre que la procédure qu’elle édicte est très compliquée, convient-il d’engager les dépenses que l’expropriation qu’elle prévoit pourra entraîner ».

Que répondre ? C’est la négative qui a été retenue !

La loi de 1906 était plus centrée sur le paysage et les sites naturels.

Ainsi dès la fin du conflit, même s’il n’est pas évoqué directement, un processus d’évolution vers ce que sera finalement la loi de 1930, se met en place.

Capture d’écran 2016-09-05 à 16.47.11Le conflit et ses conséquences en matière d’urbanisme et d’aménagement pose aussi la question du zonage qui perce dans un document émanant du Commissariat général à la reconstruction des régions libérées (ministère des Régions libérées) du 24 mai 1919 adressée au ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts [12] : « le moment est venu de préciser les conditions dans lesquelles les propriétaires intéressés pourraient être dépossédés et de délimiter exactement les zones à respecter. »

Le droit de l’époque n’offre pas les outils pour protéger tous les sols car la question de l’occupation des sols et du zonage n’a pas encore été tranchée. Il n’y a pas de possibilité de définir des « zones à respecter ». Le manque se fait sentir à propos des vestiges de guerre mais il faudra attendre le plan d’Aménagement de la Région Parisienne (1934-1941) pour que le zonage trouve sa place. Tout cela est une autre histoire. Contentons-nous de voir qu’elle se trouvait en germe dans la patrimonialisation des espaces qui a suivi la Grande Guerre.

Patrimonialisation des objets, patrimonialisation des espaces figurent bien parmi les conséquences de la 1ère Guerre.

En conclusion

Que dire à travers l’observation des évolutions des outils et des pratiques, ayant suivi la guerre de 14-18 et de cette émergence du processus de patrimonialisation ?

  • Il faut savoir rester humble face au processus de la patrimonialisation. Il y a ce que l’on peut prévoir (nouveautés techniques et architecturales) et ce que les évènements imposent (guerres, révolutions…). Ce phénomène n’est pas éteint, pensons à ce qui se passe actuellement pour certains sites du patrimoine de l’Unesco. Le hasard crée parfois la nécessité.
  • Après la guerre de 14-18, la patrimonialisation a porté d’abord sur des objets, des éléments tangibles (abris, tranchées, forts) mais cela a vite été dépassé et la réflexion s’est ouverte aux espaces voire aux symboles (villages martyrs « Morts pour la France », Tranchées de Baïonnettes…). Le champ peut encore s’élargir.
  • À l’occasion de la guerre des questionnements nouveaux sont apparus comme celui de la pérennité. À la différence des châteaux forts et des églises médiévales qui semblaient immortels, les vestiges de la guerre de 14-18 étaient souvent très fragiles. Cette question de la pérennité risque de prendre encore plus d’importance au XXIème siècle car les techniques ou les matériaux utilisés (issus de l’industrie) ne sont pas toujours pérennes matériellement.
  • Attention aux emballements et engouements qui font inventorier beaucoup de choses dont finalement peu seront, pour diverses raisons, protégées. Protégées au sens large soit pas le classement ou l’inscription soit encore par une nouvelle fonction et une réutilisation.

La patrimonialisation du XXIème siècle nous offrira sans doute bien des surprises !

Merci.


[1] Lettre de C. Ournac, sénateur, au « ministre » du 29 août 1919 relative à la « proposition de loi sur la conservation de certaines ruines de la guerre devant servir de lieu de pèlerinage pour les écoliers de la France » (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/3/36 – archive Mémoloi MH_01859).

[2] Circulaire du président du Conseil, ministre de la guerre, aux généraux commandant les 1°, 2°, 6°, 7°, 20° et 21° régions du 5 février 1919 relative à la « conservation des vestiges et souvenirs de guerre » (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/3/37 – archive Mémoloi MH_01993).

[3] Notons par exemple qu’Arques, lieu de la bataille décisive pour Henri IV de 1589 n’est pas protégé. Idem pour Crécy dont le site n’est pas protégé il faudra attendre 1984 pour qu’une tour en bois présente le plan de la bataille, Bouvines doit à la mode de la mémoire, d’avoir vu son site classé en 2014 pour le 800ème anniversaire de la Bataille…En 1914 le projet d’édifier dans le village, un monument commémoratif avait été envisagé mais cela n’eut pas de suite…

[4] Minute de circulaire du ministre de l’instruction publique et des beaux-arts aux architectes en chef des régions libérées du 22 septembre 1919 relative aux « vestiges de guerre » (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/3/37 – archive Mémoloi MH_02009).

[5] En 1917, pour le 3e anniversaire de la bataille de la Marne, paraissent en France les deux premiers volumes de la série Les guides illustrés Michelin des Champs de bataille, qui ont respectivement pour titre « L’Ourcq-Meaux-Senlis-Chantilly » et « Les marais de Saint-Gond-Coulommiers-Provins-Sézanne ». Ce ne sont pas les premiers guides touristiques à être édités, mais ce sont les premiers à proposer, pour l’immédiat après-guerre, l’organisation de « pèlerinages patriotiques » sur les champs de bataille.

[6] Dans son article « Héroïsation des ruines et des combattants : La mise en place d’un tourisme de champ de bataille, 1917-1921 », dans Vincent Auzas, Bogumil Jewsiewicki (dir.), Traumatisme collectif pour patrimoine. Regards sur un mouvement transnational, actes du colloque de Trois-Rivières du Québec, PUL, 2008, pp. 237-260.

[7] Louis Loucheur (1872-1931). Polytechnicien il mena une double carrière d’homme d’entreprise (Société Giros et Loucheur en 1899, spécialisée dans les constructions en béton, puis en 1908 la Société Générale d’Entreprise ancêtre de Vinci…) et d’homme politique notamment lors de la première guerre mondiale où il devient sous-secrétaire d’État au côté d’Albert Thomas, Ministre de l’Armement (Gouvernement Briand). Puis Loucheur se rapproche de Clemenceau qui dans son deuxième gouvernement (1918) en fait le ministre de la Reconstitution industrielle. En 1919 il est élu député d’Avesnes-sur-Helpes (Groupe Gauche Républicaine) où il s’illustrera notamment sur la question des Habitations à Bon Marché si nécessaires après les destructions de la guerre d’où la loi qui porte son nom en1928 visant à la construction de 200 000 logements sociaux. Il sera réélu en 1924 et 1928. Du 16 janvier 1921 au 15 janvier 1922, il est ministre des Régions libérées (Sixième Gouvernement Briand). C’est de cette époque que date le document cité.

[8] Circulaire du ministre de l’intérieur aux préfets du 30 mai 1921 relative aux « monuments commémoratifs aux morts de la guerre » (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/1/18 – archive Mémoloi MH_00176).

[9] Circulaire du ministre de l’instruction publique et des beaux-arts aux préfets du 5 septembre 1922 consécutive à la mise en place, par des municipalités, de monuments commémoratifs à proximité immédiate d’un édifice classé (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/1/18 – archive Mémoloi MH_00177).

[10] Note du Préfet de la Meuse, adressée au Président du Conseil, ministre de la Guerre, du 8 mars 1919 (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/3/37 – archive Mémoloi MH_01998).

[11] Sur Vauquois, un article récent, synthèse jusqu’à nos jours, dans Bulletin de l’AMOPA n° 209 (juillet-septembre 2015). Le village n’est pas classé…mais (Convention de juillet 1988) le site (45 ha) doit être préservé « en son état » et servir « à l’édification des générations actuelles et à venir ».

[12] Note du commissaire général à la reconstitution des régions libérées au ministre de l’instruction publique et des beaux-arts du 24 mai 1919 relative aux vestiges de guerre (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 80/3/37 – archive Mémoloi MH_02019).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.